Publication d’emplois

Risques de sous-dosage et de surdosage en cuivre

Le cuivre est un élément minéral pur qui joue de nombreux rôles dans l’organisme d’un être humain. Non seulement il lutte contre les infections, mais il s’avère aussi indispensable dans l’entretien des cartilages et des os. Cependant, avant que cet oligo-élément soit réellement efficace, il faut que son apport dans l’organisme soit dans les normes. Cela dit, il ne doit être ni en carence ni en surdosage pour ne pas provoquer d’autres malaises. Quels sont les risques liés à la quantité en excès ou en défaut du cuivre ?

Sous-dosage en cuivre : quels sont les risques ?

Il est rare de noter un sous-dosage en cuivre au niveau d’un être humain. Pourtant, cela peut se faire sentir, aussi bien chez un nouveau-né que chez un adulte.

Sous-dosage en cuivre chez le nouveau-né

Chez le nouveau-né, la maladie de Menkès est souvent à la base d’un manque de cuivre dans l’organisme du bébé. Généralement, la présence de ce malaise est étroitement liée à un déficit en une protéine de transport du cuivre.

Celle-ci n’étant plus suffisante, elle n’assure plus bien son rôle de moyen de circulation, ce qui prive l’organisme du cuivre. Lorsque l’ensemble des tissus ne reçoit plus la quantité de cet oligo-élément qu’il leur faut pour bien fonctionner, on commence par noter chez l’enfant des cheveux clairsemés et anormaux. Ce sont d’ailleurs les premiers signes qui annoncent une carence en cuivre.

Risques de sous-dosage et de surdosage en cuivre

Si aucune précaution n’est prise après la manifestation des premiers symptômes, la maladie va naturellement évoluer. Cette fois-ci, ce sera des troubles digestifs et des convulsions qui apparaîtront. Il est aussi fréquent de noter un retard staturo-pondéral et une faiblesse musculaire chez la victime.

Chez les bébés prématurés, le sous-dosage de cet oligo-élément est souvent fréquent. Ceux-ci seront alors sujets à une déficience, vu que c’est durant le dernier trimestre de la grossesse que l’essentiel des réserves du cuivre du foetus est constitué.

Sous-dosage en cuivre chez l’adulte

Chez l’adulte, une carence en cuivre se traduit à travers l’apparition de plusieurs symptômes, notamment une anémie et une ostéoporose précoce. Lorsqu’on traite l’obésité chez un sujet en ayant recours à une opération chirurgicale, il est aussi possible de noter une carence en cuivre. Dans ce cas, le sujet sera victime à de nombreuses atteintes neurologiques.

Une insuffisance de cuivre dans l’organisme d’un adulte peut aussi entraîner des diarrhées chroniques, et, par conséquent, une déficience. Le renouvèlement des globules rouges sera ainsi perturbé, ce qui affectera les défenses immunitaires de la victime, l’exposant à une maladie cardio-vasculaire.

Quels sont les risques d’un surdosage en cuivre ?

Le surdosage en cuivre est aussi à la base de nombreux risques, notamment l’hépatite parfois accompagnée d’une jaunisse. Ces symptômes apparaissent souvent suite à l’intoxication par l’eau de boisson. La migration du cuivre des ustensiles de cuisine vers les aliments est également un facteur qui favorise le surdosage en cuivre.

Par ailleurs, une grande quantité de cet oligo-élément peut aussi provoquer la maladie de Wilson. Il s’agit d’un mal qui apparaît à la suite de l’accumulation du cuivre dans l’organisme, un fait qui devrait normalement être empêché.