Notice: Undefined index: HTTP_ACCEPT_LANGUAGE in /srv/data/web/vhosts/coperlist.com/htdocs/scripts/s_uiLanguage.php on line 23
Les humains de Nuit Debout - Christophe

coperlist

Les humains de Nuit Debout
Loading

Really delete ?

Yes, delete
No, cancel
Loading

Les humains de Nuit Debout

Online card Draft card
Une convergence des luttes qui se transforme en agora tous les soirs sur la place de la République à Paris et également partout en Europe. Un mouvement théoriquement horizontal et donc sans leader, une expérience fragile de démocratie que les médias n'arrivent pas à définir cherchant désespérément dans les vieux schémas une figure de proue. Ce projet a pour but d'humaniser ce rassemblement inédit et humblement d'essayer de mieux le comprendre en interpellant des personnes au hasard. Une photo puis une question « Pourquoi venez-vous ici ? »
Le projet
Online card Draft card
Une photo puis une question « Pourquoi venez-vous ici ? »
Online card Draft card
I'm looking for someone to translate this page in others languages. Contact me here ; me@monsieurmoyen.com or here : https://www.facebook.com/monsieur.moyen if you want to help me ! Thanks :!
Online card Draft card
Anthony
«Je viens ici pour renouer avec l'espoir, recréer du lien, pour discuter de politique, de comment on organise une société et quelle société on veut. C'est très rafraichissant car depuis les attentats, une chape de plomb nous est tombée dessus avec la peur, la haine et les amalgames. Tant de choses nauséabondes. Ça me pesait et nuit debout est une libération. Je viens depuis la mi-avril et je participe également à une nuit debout très locale "debout place des fêtes". »
Online card Draft card
Hervé
«Je suis journaliste à Reporterre, et nous suivons nuit debout depuis le début. J'ai la schizophrénie du journaliste car nous sommes à la fois observateur mais nous sommes ici parce que c'est en accord avec ce que nous pensons. Il faut renouveler la démocratie, sortir de cette ambiance asphyxiante, d'un système qui broie les gens. Et puis c'est une bouffée d'air car il n'y a pas de leader, pas de porte parole et on échappe au discours des politiciens qu'on entend à la radio tous les matins. On peut parler de choses importantes en tant qu'anonyme et les gens écoutent. La qualité de l'écoute est toute aussi importante que la possibilité de parler. On redécouvre ce que c'est que la politique, ça se fait dans la bonne humeur mais tout en restant une lutte. »
Online card Draft card
Déborah
«J'ai un ami qui a monté la commission Jury Citoyen. Je ne sais pas encore si je vais être active dedans, je regarde également les autres commissions et on verra si je vais m'impliquer plus. C'est mon deuxième jour. J'aime que les gens arrivent à se réunir pour que les choses changent et que ce soit très apaisé.»
Online card Draft card
Bernard
«J'habite à la campagne, près de Saint Étienne. Je suis un peu éloigné de tout ça mais pas insensible à ce qu'il se passe donc je viens voir. Je pense que c'est une bonne chose que les gens se retrouvent et puissent discuter. La parole c'est toujours une bonne chose. En tant que retraité je bouge de mon côté également, je suis bénévole dans une association qui fait de la réinsertion par le maraîchage.»
Online card Draft card
Élise
«Le paysage politique du moment ne me satisfait pas et la montée du FN est effrayante. Je suis jeune et j'ai peur de l'avenir. J'ai été choquée par les attentats et je ne trouve pas que ce soit bien géré par le gouvernement. L'état d'urgence est une aberration. L'intelligence artificielle, la robotisation de la société, la surveillance internet, tout cela aussi est effrayant. J'ai commencé à installer des application de messages instantanés cryptés. Les technologies nous dépassent et il faut s'éduquer sur le sujet.»
Online card Draft card
Robin
«Je trouve qu'ici je peux rencontrer des gens et entendre des choses motivantes. Et cela en contournant toute forme de médiatisation, en contournant les officines officielles de pouvoir qui sont nécessaires mais malheureusement aujourd'hui ne sont plus que des opportunités de carrière ce qui est en contradiction avec ce qu'elles sont censées servir. Il y a une ambiance et une énergie positive, ça fait du bien.»
Online card Draft card
Ariane
«Je viens ici pour observer et je suis heureuse de voir tous ces gens qui se révoltent. Grâce à ça, on se rend compte que nous ne sommes plus tout seul à en avoir marre de cette société et de cette politique. C'est ma troisième visite, il y a un sentiment de cohésion énorme avec toutes les générations. J'ai beaucoup d'espoir !»
Online card Draft card
Dominique
«Nous exposons les idées de l'association d'éducation populaire appelée Réseau Salariat, nous militons pour le salaire à vie et l'interdiction de la propriété lucrative. La sécurité sociale permet aujourd'hui de financer les retraites, la famille, le chômage et la santé sans passer par le capital. Nous voulons étendre ce principe à l'économie de façon à se passer des employeurs, des prêteurs et des actionnaires. Nous pourrions bien sur posséder ce que nous voulons pour nous même mais pas pour en tirer profit. Nous militons également contre la loi El Khomri.»
Online card Draft card
Samuel
« Je viens ici pour réfléchir avec toutes les bonnes volontés à repenser la société de demain. Il y a des sujets qui me tiennent à cœur comme le salaire universel, la 6eme république, la question d'une société horizontale avec un renversement de pyramide. Je crois que la société est mûre et que c'est un moment important, il faut penser à une vraie réforme structurelle. Ce que j'aime c'est que malgré quelques heurts et erreurs de communication l'ensemble est apaisé ; on est capable de faire une agora pacifique. C'est bien plus profond qu'un rejet de la loi travail.»
Online card Draft card
Andréa
«Je suis ici parce que j'ai envie de changer le système, la société, de vivre dans un monde où les citoyens font la politique. Il y a une énergie géniale sur cette place et les gens qui n'ont pas l'habitude de s'exprimer peuvent le faire. Il n'y a nulle part ailleurs où cela peut se faire et j'ai envie de revenir tous les jours. Je n'aime pas les manifestations, critiquer c'est bien mais je préfère être constructive. Ici il y a des choses qui se construisent déjà.»
Online card Draft card
Juliette & Léo Paul
«Nous venons tous les jours depuis le début et nous avons décidé de participer à la commission anti-spécisme. Nous pensons que cela fait parti de la convergence des luttes. C'est ici un centre de réflexion sur un monde nouveau et différent, l'animal y a sa place. Nous avons rencontré beaucoup de gens avec les mêmes affinités que nous et nous discutons volontiers avec ceux qui ne sont pas d'accord. La commission contient maintenant plus d'une quinzaine de personnes, nous faisons goûter des produits vegan aux gens qui viennent nous voir.»
Online card Draft card
Yann
«Il faut que ça change et ça a l'air de commencer à changer par ici alors c'est pour ça que je suis là. Je participe à la commission Écologie, on a commencé par rédiger un manifeste. La semaine prochaine nous allons travailler sur les solutions déjà existantes et comment les appliquer. Aujourd'hui nous avons ouvert un atelier grainothèque : nous mettons en commun des graines, nous offrons un pot et de la terre à qui le veut pour ramener chez soi. La semaine dernière la police a détruit notre mur végétal alors comme ça ils ne pourront rien casser.»
Online card Draft card
Cathy
«Nous avons trouvé l'idée de reparler de démocratie sur la place publique très intéressante. Nous avons voulu participer en tant qu'hospitaliers car aujourd'hui l’hôpital est massacré au niveau des finances. L'accès au soin est en grand danger. D'être ici, c'est une nouvelle façon de dialoguer avec la population et nous profitons de cette espace démocratique pour réfléchir collectivement à d'autres forme de financement.»
Online card Draft card
Joris
«Je suis arrivé ici le lendemain du démarrage de la nuit debout. Vu que le point de départ de ce mouvement était une réaction vis à vis de la loi El Khomri, j'ai considéré que j'avais ma place ici en tant que spécialiste du droit du travail. Je me suis donc présenté à l'accueil en demandant s'ils avaient besoin d'un spécialiste. Depuis il y a un stand juridique. Nous avons maintenant des juristes, des avocats, des élèves avocats, des enseignants et même des fiscalistes qui se sont présentés spontanément à moi.»
Online card Draft card
Claude
«J'aime la convivialité qu'on retrouve sur cette place, les échanges de sourires, on se parle c'est sympa. Mais la vraie motivation est bien sur politique, nous sommes à un tournant. Ici on essaye de faire les choses intelligemment en reconstruisant quelque chose. Je reste toutefois assez pessimiste. Je ne suis pas sûr de voir un renouveau de mon vivant.»
Online card Draft card
Flora
«J'ai un parcours plutôt privilégié : je sors d'une école d'ingénieur et j'ai la chance de faire un doctorat dans un grande université. Déçue par la politique, j'ai du mal à mettre des mots sur mon malaise et les revendications un peu floues de ce mouvement chatouille ma curiosité. Je crois me reconnaître dans ce qu'il se fait ici. D'un point de vue scientifique je trouve intéressant cette auto-émergence sans représentant et je trouve hyper marrant que les médias se cassent les dents pour trouver un porte parole qui n'existe pas. Toujours d'un point de vue de biologiste je suis fascinée par l'apparition de toutes les commissions et du tri naturel qu'il va s'opérer pour garder les sujets les plus significatifs.»
Online card Draft card
Anabel
«Je participe à la commission anti-publicité. Nous sommes dans un monde de l'image et c'est par cela qu'on doit communiquer mais apporter des belles choses, des choses positives. Pas de message agressif ou aguicheur mais juste suggérer et permettre aux gens de réfléchir, remettre en question les choses mais de manière simple. On en a besoin !»
Online card Draft card
Georges
«J'ai entendu la colère de quelqu'un d'ici par rapport au monde du travail. Cela m'a décidé à venir parler car je travaille chez Orange et j'ai été moi-même malmené par une responsable. Elle me harcelait du matin au soir. Un jour elle a fait l'erreur de le faire devant des collègues et grâce à leur témoignage j'ai pu la faire déplacer par l'intervention de la Halde. Cependant tout cela m'a épuisé, et quand mon médecin m'a arrêté 15 jours, Orange en a profité pour m'envoyer un courrier m'informant que je ne serai pas réintégré mais muté loin de chez moi.»
Online card Draft card
Claudine
«J'ai 65 ans et j'ai vécu beaucoup de mouvements dont 68, celui-ci me semble intéressant par sa façon de s'organiser et le fait qu'il ne soit pas pour l'instant récupéré. Il y a des choses intéressantes qui se disent. C'est utopique et je ne sais pas sur quoi ça peut déboucher mais je viens tous les jours.»
Online card Draft card
Rémy
«Je suis venu ici pour satisfaire une curiosité personnelle puis pour partager avec les autres sur l'application de diffusion vidéo en direct appelée Periscope car énormément de monde se demande également ce qu'il se passe. Cela fait maintenant 2 semaines que je viens ici tous les jours. Je retransmets les moments forts de ce rassemblement, c'est un peu une immersion au cœur de ce mouvement avec des extraits des assemblées générales, ou de l'organisation en donnant la parole à certains témoins ou acteurs. Je suis extérieur au mouvement mais je le trouve passionnant et hors du commun.»
Online card Draft card
Samira
«J'ai regardé Nuit Debout toute la semaine sur Periscope, et je me suis rendu compte qu'il y avait beaucoup de complaintes mais qu"on ne parlait pas assez des choses déjà en place sur le terrain et qu'il manquait une représentation des gens qui œuvrent déjà à la tâche pour faire changer les choses. Je suis entrepreneure dans l’économie solidaire et sociale, j'ai créé une plateforme pour faciliter l'insertion professionnelle des autodidactes sans diplôme. J'ai interpellé tous les entrepreneurs de mon incubateur pour venir tous montrer ce que nous faisons déjà.»
Online card Draft card
François
«J'ai l'impression qu'on est au bout d'un cycle politique, économique, philosophique. J'ai également l'impression que le peuple n'arrive plus à se réunir à cause de l'individualisme dans lequel on vit. Quand j'ai entendu parlé de ce qu'il se passait ici, je n'y ai pas cru tout de suite : c'est un ami qui m'a convaincu de venir en me disant "si tu viens pas ce sont nos 5 dernières années de discussions qui sont mises à la poubelle". Aujourd'hui je participe à la commission manifeste. On écrit un manifeste écologique.»
Online card Draft card
Pierrette
«Je ne me sens pas représentée dans le système actuel, par exemple je ne vois pas beaucoup de femme noire dans l'assemblée nationale ou chez les sénateurs. Je voudrais également que l'humain soit plus mis en avant dans la politique au lieu de l'argent roi. Je suis ici depuis le 31 mars, je participe à la commission animation. J'ai espoir que ce mouvement se transforme en un contre pouvoir politique.»
Online card Draft card
Jeronimo
«Je trouve que pour l'instant il y a une certaine dichotomie entre les vendeurs de bières chaudes autour de la place et ceux sur la place qui veulent changer en quelque sorte le quotidien de ces vendeurs à la sauvette. Ceci dit je trouve que ce mouvement est très intéressant et qu'il évolue tous les jours. C'est pour cela que je viens régulièrement observer ce qu'il s'y passe. Ayant l'impression pour l'instant d'être inutile je me déplace pour au moins participer par ma présence.»
Online card Draft card
Mao
«J'ai activement participé à la préparation de la COP21, j'y ai rencontré beaucoup de monde et quelques uns d'entre eux m'ont informé de ce qu'il se passait sur la place de la République. J'ai commencé alors dès le premier jour et dans l'urgence à alimenter un portail internet contenant photos, liens vers la presse, Radiodebout, Télédebout, les liens Periscope.»
Online card Draft card
Cyril
«Je suis marionnettiste, j'habite Marseille et j'ai assisté à une manifestation là bas, un peu trop violente à mon goût, suivie de la première nuit debout de la ville. J'ai été un peu déçu car je m'attendais à une meilleure circulation des idées et les étudiants étaient en vacances donc peu présents. Je suis aujourd'hui en tournée à Paris et je viens sur la place de la République pour observer et m'inspirer du mode de fonctionnement.»
Online card Draft card
Contactez-moi sur : me@monsieurmoyen.com ou https://www.facebook.com/monsieur.moyen